Événement de lancement de notre projet Economie Sociale et Solidaire.

(actualisé le ) par Cristelle Rage, Laurent Nadiras

La classe de 1COMV participante à cette action, est encadrée par Yamina Séhil, Olo Thiam et Cristelle Rage.

Ce projet de 6 mois est mené par l’association Enactus France.

Douze ateliers viendront ponctuer l’année afin que les élèves créent leur propre projet d’économie sociale et solidaire sur des thématiques qui leur tiennent particulièrement à cœur.

C’est avec 230 autres camarades de lycées d’Ile de France qu’il ont assisté à l’évènement de lancement mardi 10 Octobre à Paris.

Une cérémonie de clôture en mars leur permettra de présenter leurs projets aboutis.

 Le projet :

230 lycéens avec leur professeur ont participé à cet événement de lancement dont les objectifs étaient nombreux :
– donner envie aux élèves et aux enseignants de s’engager dans le programme ;
– permettre aux élèves de comprendre les principes de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) et inspirer les élèves à travers des exemples de projets et d’entrepreneurs ;
– présenter aux élèves le travail attendu pour la fin du programme ;
– permettre aux élèves d’identifier des défis sociaux ou environnementaux pour lesquels ils souhaiteraient s’engager.
Après avoir évoqué les grands défis sociétaux qui s’inspirent des objectifs de développement durables (ODD), des solutions existantes, comme l’entreprise Up Cycle ou l’association Siel bleu, ont été présentées aux lycéens. Ces exemples étaient mis en perspective avec des projets sur des thèmes similaires et de plus petites échelles, développés par des collégiens et des lycéens afin de montrer qu’il n’y avait pas d’âge pour s’engager. Les élèves ont également pu avoir un premier aperçu de l’ESS et de ses grands enjeux.
Un des temps fort de l’événement était le témoignage d’Athina Marmorat, fondatrice de l’association Rev’Elles qui développe un programme pour accompagner les jeunes filles à choisir leur orientation et à ne plus se censurer. Les lycéens très impressionnés ont pu poser de nombreuses questions sur ce programme et sur le parcours d’Athina.
Pour clôturer l’événement, les lycéens ont réfléchi à des défis qui leur tenaient vraiment à cœur et ils étaient nombreux : lutte contre le gaspillage alimentaire, contre la pauvreté, le harcèlement scolaire, le sexisme, etc. L’équipe d’Enactus qui les accompagnera tout au long de l’année leur a donné rendez-vous en mars 2018 pour présenter leurs projets à des professionnels !

  DÉCOUVRIR L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DÈS LE LYCÉE

Le dispositif « Mon Projet ESS » se décline en une dizaine d’ateliers organisés au sein de chaque établissement partenaire où les élèves sont amenés à découvrir l’Economie Sociale et Solidaire, rencontrer des acteurs du monde de l’entreprise qui en font une priorité sur leur territoire, et travailler en équipe pour faire émerger un projet d’entrepreneuriat social qui répond aux enjeux de leur ville, à travers des outils participatifs.

Pour cette édition 2017-2018, 252 lycéens de 8 établissements des académies de Créteil, Paris et Versailles participeront au programme : Lycée Maurice Utrillo de Stains (93), Lycée Suger de Saint-Denis (93), Lycée de Cachan (92), Lycée Jean Moulin de Torcy (77), Lycée Jean Moulin de Vincennes (94), Lycée des métiers Camille Claudel de Mantes-la-Ville (78), Lycée René Cassin de Paris (75) et le Lycée Théodore Monod de Noisy-le-Sec (93) Plus qu’une découverte de l’Economie Sociale et Solidaire, « Mon Projet ESS » sort du cadre pédagogique traditionnel et permet aux lycéens de quartiers populaires de découvrir un monde de l’entreprise très abstrait pour eux, et de tisser de nouveaux liens avec l’équipe pédagogique de leur établissement. « Dans ce projet, les élèves sont mis à contribution. L’objectif pour eux et de découvrir l’économie sociale et solidaire et comment créer une association ou une entreprise autour d’un thème qu’ils choisissent. Nous ressentons, au sein du personnel pédagogique, une réelle implication des élèves sur ces projets. Nous ne sommes plus dans une relation professeur – élève traditionnelle. Nous partageons ce projet avec eux avec l’objectif qu’il se concrétise. Nous tissons de réels liens » témoigne Jean Philippe Cournet, coordinateur au sein de l’un des lycées partenaires du programme.