Dynamique présent

(actualisé le ) par Françoise-Anne Menager, Jean-Yves Nicolas, Vincent Linotte

Pour les élèves de la 2HRA et les étudiants de Mention complémentaire, le 18 avril 2013 a été une journée sous le signe de la lumière, du mouvement et de l’éveil des sens avec les œuvres déboussolantes de Dynamo et la classe de Thierry Marx.

Apprendre à regarder les yeux fermés, prendre un bain de couleur, découvrir des mobiles immenses, explorer les créations d’artistes fascinés par les lois de l’optique et de la géométrie, découvrir ainsi un siècle de renouvellement des codes artistiques et devenir partie prenante d’une œuvre qui est elle-même lumière et mouvement, telles étaient les promesses des commissaires de l’exposition du Grand Palais.
Faire dialoguer saveurs et innovations, texture et émotions, développer des liens entre arts plastiques et gastronomie, celles de l’atelier culinaire proposé au Pavillon Elysée-Lenôtre par Thierry Marx et Raphaël Haumont, le chercheur en chimie avec qui le chef doublement étoilé a fondé le Centre français d’innovation culinaire au sein de l’université d’Orsay.

Promesses tenues et au-delà !

Un petit film monté par Vincent Linotte et Jean-Yves Nicolas (pôle vidéo du lycée) vous est présenté ici en attendant la restitution en cours d’élaboration pour partager une expérience artistique et humaine qui selon certains élèves leur a donné le courage et le désir de continuer leurs études.

D’autres ont encore un cheminement à construire pour accepter et comprendre qu’une sortie pédagogique est une manière privilégiée de travailler et d’accéder à la connaissance. Mais comme l’a déclaré l’un d’entre eux : `certaines choses sont difficiles à comprendre mais sans ces visites aux musées et cette rencontre avec le chef et son associé, cela aurait été encore plus difficile`. Il faut ainsi remercier tout particulièrement l’équipe du Grand Palais en charge du développement culturel sous la direction de Sophie Radix, responsable de la médiation des expositions, et de Christine Perney, responsable des réseaux éducatifs, pour avoir conçu ces projets en direction des classes de lycée professionnel et pour leur efficacité à les mettre en œuvre.
Elles ont même prévu d’inviter les familles des élèves à visiter Dynamo avant les vacances d’été, tout juste à la fin de l’année scolaire, offrant ainsi à la classe une première perspective de restitution particulièrement stimulante. Je n’avais pas retrouvé un tel souci d’impliquer la voie professionnelle dans les projets d’action culturelle depuis le concours La rentrée-Gallimard et cela reste une rareté !

Les élèves sont très sensibles à cette invitation : guides et critiques culturels d’un jour, ils auront une occasion inattendue et très valorisante de témoigner de ce qu’ils ont appris et de le partager avec leur famille.

Les impressions sont variées au sujet des œuvres découvertes et plus que jamais, les goûts se discutent. La comparaison avec l’atelier L’art et la matière de la Cité des sciences et avec la découverte de la galerie des peintures italiennes autour de Léonard de Vinci au Louvre favorise des avis tranchés mais argumentés. Et les hypothèses vont bon train sur le le lien entre le maître florentin, les artistes renaissants et l’art cinétique découvert au Grand Palais. Des liens précis sont également identifiés entre ces artistes et la conception de la gastronomie découverte au Pavillon Élysée-Lenôtre.

Tous les espoirs sont ainsi permis ! Gageons donc que tous parviennent à s’inscrire dans un travail au long court pour continuer de développer, avec leur équipe pédagogique, Thierry Marx, Raphaël Haumont, les artistes et les chargées de développement du Grand Palais, un art du goût.

Car l’unanimité s’est faite au sujet de l’atelier culinaire : le chef Marx et Raphaël Haumont ont enchanté tout le monde !
Ces quelques minutes de film en donnent une idée. Il sera donc particulièrement important pour la classe de se mobiliser pour restituer au plus juste cette rencontre et ce moment de classe étonnant, un apprentissage comme on aimerait en vivre tous les jours, comme en suspend des bruits du monde, au rythme des explications, des questions et des propositions, des expériences et de la magie pédagogique quand le savoir se transmet et offre du sens aux vérités les moins questionnées : métamorphose d’un œuf, juste couleur d’un légume cuit au-delà des clichés, connaissances fondamentales à rechercher et à maîtriser pour s’en affranchir et inventer, autant de moments forts de cet enseignement à partager !

Les tabliers repliés comme après une séance de kendo laissent une impression de quiétude, de douce intensité et de couleur vibrante. Nous rêvions avec Eluard d’une terre bleue comme une orange. On le sait aujourd’hui avec Thierry Marx et Raphaël Haumont, le monde peut tourner rond comme un sorbet à la framboise effleuré par des baguettes de hêtre japonais fabriquées dans la région de Kawakami.